Coups de coeur, Sélections

Les coups de coeur confinés de Jérôme

Arrivé à la librairie au mois de septembre, vous avez probablement déjà rencontré Jérôme, notre nouveau libraire. Pendant les semaines de confinement, il a lu, lu, lu, des nouveautés, des classiques, des titres connus qu’il n’avait jamais eu le temps de découvrir, et il nous fait partager ses coups de coeur.

 

114158361_o

La Trilogie écossaise de Peter May

Quel plaisir que la lecture de cette trilogie de Pater May ! Des personnages consistants (qui collectionnent les traumas), des situations haletantes et improbables, le tout traversé d’un grand élan vital. Et puis il y a l’Ecosse, ses couleurs, ses lumières, son climat, si présente que l’on s’y transporte instantanément. Un voyage, n’est ce pas exactement ce que l’on désire en ce moment ?

La Trilogie écossaise, Peter May. 3 tomes : L’île des chasseurs d’oiseaux, L’homme de Lewis, Le braconnier du lac perdu. Babel Noir. 9€70, 8€50, 8€70.

9782330125530

Ce qui est sans être tout à fait d’Etienne Klein

Etienne Klein continue l’exploration des notions fondamentales en convoquant ce qu’en disent la philosophie et la science. Cette fois ci son sujet est le vide, ou plus exactement les différences entre le vide, le rien et le néant. Même s’il faut rester assez concentré sur sa lecture, c’est accessible aux non spécialistes et permet une envolée vertigineuse aux confins de l’espace, du temps et de la matière, loin, très loin de nos canapés de salon. Et c’est fascinant !

Ce qui est sans être tout à fait, Etienne Klein. Actes Sud. 18€

unnamed

Back Up de Paul Colize

« Ceux qui se souviennent des années 60, c’est qu’ils ne les ont pas vécues » disait Mick Jagger. D’où la difficulté de savoir ce qui s’est passé en 1967 à Berlin durant l’enregistrement du groupe américain Pearl Harbor. Un grand flou entoure cette enquête reprise en 2010 après un fait divers à Bruxelles. Colize nous entraîne dans le côté un peu cradingue du Rock’n’Roll où l’utopie libertaire se fracasse sur une réalité plutôt poisseuse.

Back Up, Paul Colize. Folio, 8€50

66yE0fMOp2wmBaRadOfUZtfCKlSyk1pvE2Jx7EkxM9T6a6lefKW5Ww-cover-large

Madame Bovary de Gustave Flaubert

Le problème de ce livre c’est qu’il est à deux doigts de la noyade, submergé par la sueur cumulée de générations de collégiens et lycéennes transpirant à grosses gouttes à l’idée de ne pas trouver de problématique exprimable en trois parties et ce avant lundi 10 heure. Alors que c’est un chef d’oeuvre au grand style, une pierre angulaire de la littérature offensive, un crachat sur la société bourgeoise, un monstre d’ironie froide et un acharnement cruel et impitoyable sur son personnage principal. Flaubert ? Le premier punk.

Madame Bovary, Gustave Flaubert, LGF, 3€80

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s