Coups de coeur, Littérature francophone

La fille qu’on appelle de Tanguy Viel

Un des talents de Tanguy Viel est d’utiliser un style très fluide pour exprimer des émotions complexes. En l’occurrence comment les rapports de domination sociale sont si intégrées par chacun qu’ils dépassent complètement la volonté individuelle.
Face à l’acceptation de la soumission, la question n’est plus de dire oui ou non. Alors, pourquoi pas des faveurs sexuelles contre un piston, contre un logement (pas vrai Gérald ?).
Jusqu’au moment où l’abjection est si manifeste qu’elle nécessite une réaction concrète.

Gros coup de cœur de Jérôme

La fille qu’on appelle. Tanguy Viel. Minuit. 2021.16€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s