BD, Coups de coeur, Littérature étrangère, Littérature francophone, Sciences Humaines

La sélection de fin d’année d’Ayla

Peut être que certain·e·s ont remarqué que j’avais depuis quelques temps disparu de la librairie. En effet j’ai dû m’éclipser pour un congé maternité ! J’en profite donc pour vous faire une petite sélection de mes livres coup de cœur de la rentrée / fin d’année :

couv_le_corps_dapres.jpg

On commence donc par le roman troublant de Virginie Noar qui explore la maternité, le corps maternel et la culpabilité. Les mots sont forts, ils percutent et nous bouleversent. C’est le récit intime d’une grossesse, d’un accouchement, d’une naissance, celle d’un enfant mais aussi celle d’une mère. C’est un récit qui parle de peurs, d’injonctions, de maltraitances que l’on s’inflige à soit même mais aussi celles que les médecins, l’entourage imposent. Le corps de la femme enceinte à été trop souvent glorifié et magnifié. Le corps d’une mère est trop souvent présenté comme triomphant et victorieux. Il est difficile d’admettre que c’est dur, que c’est moche et désagréable, difficile d’admettre que tout cela n’est pas épanouissant. Pourtant ce roman réussit avec succès à annuler durant un instant le sentiment de solitude qui découle de tout cela. On remercie Virginie Noar d’offrir cette parenthèse, parce que c’est précieux.

Le corps d’après, Virginie Noar, éditions François Bourrin


missislande-hd-572187

On commence à bien connaître Auður Ava Ólafsdóttir et la douceur habituelle avec laquelle elle conte les histoires, mais nous aurons ici le droit à un roman tout aussi délicat mais avec une pointe de revendication féministe et LGBTQI+ qui donne une profondeur toute nouvelle à ce récit. Nous y suivrons Helka, son meilleur ami homosexuel Jon John et Ísey jeune femme au foyer, poétesse à ses heures perdues. Ils vont tenter tous les trois de trouver leur place dans l’Islande étriquée des années 60. Une pure merveille et un énorme coup de cœur.

Miss Islande, Auður Ava Ólafsdóttir, éditions Zulma


9782203192393

D’un côté les origines du surf, de l’autre une histoire d’amour et un dessin qui vous scotche, voilà les ingrédients magiques de ce très beau roman graphique qui a de grandes chances de vous faire monter les larmes aux yeux. AJ Dungo pose ici ses tripes, son histoire et ses sentiments à la merci de l’océan Pacifique.

In waves est une bédé qui vous emporte au cœur d’une grosse vague. On y apprend des tas de choses, on est ému, on est transporté et recraché sur le rivage en ayant l’impression d’avoir vécu quelque chose hors du temps. LA bd de cette fin d’année.

In waves, Aj Dungo, éditions Casterman


9782355221453

Les éditions Zones ne cessent de nous faire plaisir en publiant des essais et des enquêtes féministes. Ici on retrouvera une traduction d’une enquête de Sarah Barmak autour de la jouissance féminine. L’autrice explore les normes, les différences, les injonctions autour de l’orgasme féminin, ce « grand mystère » qu’elle n’hésite pas à décortiquer pour nous prouver que cette vision du sexe féminin est sexiste (on en doutait ?). La déconstruction de l’hétéronormativité et l’apport énorme de la culture lesbienne et trans aux connaissances sur le sujet sont aussi largement présents et ça nous fait extrêmement plaisir.

A la fois émouvant, drôle et terriblement bien instruit, l’enquête aux tréfonds de l’orgasme féminin nous donne envie de se regarder jouir pour mieux se rendre compte de l’étendue de nos capacités.

Jouir, Sarah Barmak, éditions Zones


Untitled-design-2

Si vous n’aimez pas, si vous avez été traumatisé·e au collège/lycée par Balzac, cette biographie est faite pour vous. Vous pourrez ainsi faire la paix avec Eugénie Grandet et découvrirez la vie d’un éternel loser, grand dépensier toujours fauché qui malgré tout réussi à avoir une vie faste et hors du commun.

C’est avec beaucoup d’amour pour ce personnage hors norme et un ton complètement décalé que Titiou Lecoq, (que l’on avait remarquée avec « Les morues » et aussi le brillant essai sur la charge mentale « Libérées, le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale »), nous entraîne découvrir la vie, souvent méconnue, d’un de ces auteurs fondateurs de ce que l’on appelle aujourd’hui la littérature française.

Honoré et moi, Titiou Lecoq, éditions L’Iconoclaste


9782749161563ORI

Voici un roman historique palpitant, nous plongeant dans la vie libre, militante et controversée, de Margaret Sanger, fondatrice du Planning Familial américain. Née en 1879 au milieu d’une fratrie de 11 enfants elle cherchera toute sa vie à épargner aux femmes l’impossibilité de contrôler les grossesses et se battra contre le puritanisme américain pour imposer sa voix et informer librement les femmes des choix et possibilités qui s’offrent à elles.

Rude parfois, questionnant nos limites et la morale, Ellen Feldman raconte brillamment le bouillonnement intellectuel d’une époque et les difficultés rencontrées par ces femmes qui se sont battues pour qu’aujourd’hui, nous ayons le choix.

Terrible vertu, Ellen Feldman, édition Cherche Midi

1 réflexion au sujet de “La sélection de fin d’année d’Ayla”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s